CONJURATION DES QUATRE

Pour commander aux élémentaux, il faut avoir subi les quatre anciennes initiations ou des actions leur démontrant une maîtrise de leur propre élément. Lorsque l’on a acquis par l’audace et l’exercice cette puissance incontestable, il faut imposer aux éléments le Verbe de sa volonté par des consécrations spéciales de l’air , du feu, de l’eau et de la terre, et c’est ici le commencement indispensable de toutes les opérations magiques.

On exorcise l’air en soufflant du côté des quatre points cardinaux et en disant :

Spiritus Dei ferebatur super aquas, et inspiravit in faciem hominis spiritum vitae. Sit Michael dux meus, et Sabtabiel servus meus, in luce et per lucem.

Fiat verbum halitus meus ; et imperabo spiritibus aerishujus, et refraenabo equos solis voluntate cordis mei, et cogitatione mentis meae et nutu oculi dextri.

Exorciso igitur te, creatura aeris, per Pentagrammaton et in nomine Tetragrammaton, in quibus sunt voluntas firma et fides recta. Amen. Sela, fiat. Qu’il en soit ainsi.

L’esprit de Dieu planait sur les eaux et communiqua un souffle de vie à l’homme. Que Michaël soit mon maître et Sabtabiel, mon serviteur, dans et par la lumière.

Que mon souffle devienne parole ; et je commanderai aux esprits de l’air et je dompterai les chevaux solaires par la volonté de mon cœur et la pensée de mon esprit et par un mouvement de mon œil droit.

Je t’exorcise, créature de l’air par le Pentagramme et au nom du Tétragramme, dans lesquels résident une volonté inébranlable et la véritable foi. Amen. Qu’il en soit ainsi.

Puis on réside l’oraison des Sylphes, après avoir tracé en l’air leur signe avec une plume d’aigle.

Oraison des sylphes

Esprit de lumière, esprit de sagesse, dont le souffle donne et reprend la forme de toutes choses ; toi devant qui la vie des êtres est une ombre qui change et une vapeur qui passe ; toi qui montes les nuages et qui marches sur l’aile des vents ; toi qui respires, et les espaces sans fin sont peuplés ; toi qui aspires, et tout ce qui vient de toi retourne à toi : mouvement sans fin dans la stabilité éternelle, sois éternellement béni. Nous te louons et nous te bénissons dans l’empire changeant de la lumière créée, des ombres, des reflets et des images, et nous aspirons sans cesse à ton immuable et impérissable clarté. Laisse pénétrer jusqu’à nous le rayon de ton intelligence et la chaleur de ton amour : alors ce qui est mobile sera fixé, l’ombre sera un corps, l’esprit de l’air sera une âme, le rêve sera une pensée. Et nous ne seront plus emportés par la tempête, mais nous tiendrons la bride des chevaux ailés du matin et nous dirigerons la course des vents du soir pour voler au-devant de toi. Ô esprit des esprits, ô âme éternelle des âmes, ô souffle impérissable de la vie, ô soupir créateur, ô bouche qui aspirez et respirez l’existence de tous les êtres dans le flux et le reflux de votre éternelle parole, qui est l’océan divin du mouvement et de la vérité. Amen.

On exorcise l’eau par l’imposition des mains, par le souffle et par la parole en y mêlant le sel consacré avec un peu de cendre qui reste dans la cassolette des parfums. L’aspersoir se fait avec des branches de verveines, de pervenche, de sauge, de menthe, de valériane, de frêne et de basilic, liées par un fil sorti de la quenouille d’une vierge, avec un manche de noisetier qui n’a pas encore porté de fruits, et sur lequel vous graverez avec le poinçon magique les caractères des sept esprits. Vous bénirez et consacrerez séparément les sel et la cendre des parfums.

Sur le sel

In isto sale sit sapientia, et ab omni corruptione servet mentes nostras et corpora nostra, per Hochmaël et in virtute Ruach-Hochmael, recedant ab isto fantasmata hylae ut sit sal coelestis, sal terrae et terra salis, ut nutrietur bos triturans et addat spei nostrae cornua tauri volantis. Amen.

Que la sagesse soit en ce sel, et qu’il préserve de la corruption notre esprit et notre corps, par Hochmaël et dans la puissance de Ruach-Hochmaël : que les illusions de la matière s’éloignent de celui-ci afin qu’il devienne le sel céleste, sel de la terre et terre de sel, afin que soit nourri le bœuf qui bat le blé et afin qu’il ajoute à notre espoir les cornes du taureau ailé. Amen.

Sur la cendre

Revertatur cinis ad fontem aquarum viventium, et fiat terra fructificans, et germinet arborem vitae per tria nomina, qua sunt Netsah, Hod et Jesod, in principo et in fine, per Alpha et Omega qui sunt in spiritua Azoth. Amen.

Que la cendre retourne à la source des eaux vivantes et que la terre porte des fruits et que l’arbre de vie pousse par les trois noms qui sont Netsah, Hod et Jesod, au commencement et à la fin, par alpha et par oméga, qui sont dans l’esprit Azoth. Amen.

En mêlant l’eau, le sel et la cendre

In sale sapientiae aeternae, et in aqua regenerationis, et in cinere germinante terram novam, omnia fiant per Eloïm, Gabriel, Raphael et Uriel, in saecula et aeonas. Amen.

Dans le sel de l’éternelle sagesse et dans l’eau de la régénération et dans la cendre qui fait germer une nouvelle terre, que tout advienne par Eloïm, par Gabriel, par Raphaël et par Uriel, pour les siècles et les éons. Amen.

Exorcisme de l’eau

Fiat firmamentum in medio aquarum et separet aquas ab aquis, quae superius sicut quae inferius, et quae inferius sicut quae superius, ad perpetranda miracula rei unius. Solejus pater est, luna mater et ventus hanc gestavit in utero suo, ascendit a terra ad coelum et rursus a coelo in terram descendit. Exorsico te, creatura aquae, ut sis mihi speculum. Dei vivi in operibus ejus, et fons vitae, et ablutio peccatorum. Amen.

Que le firmament soit au milieu de eaux et qu’il sépare les eaux des eaux, celles d’en haut comme celles d’en bas ; et que celles d’en bas devienne comme celles d’en haut, pour accomplir les miracles d’une réalité unique. Le soleil est père de celle-ci, la lune est sa mère et le vent la porta dans son ventre, monta de la terre au ciel et à nouveau descendit du ciel à la terre. Je t’exorcise, ô créature de l’eau afin que tu sois pour moi le miroir du Dieu vivant, dans toutes ses œuvres et sources de vie et purification des pêcheurs. Amen.

Oraison des ondins

Roi terrible de la mer, vous qui tenez les clefs des cataractes du ciel et renfermez les eaux souterraines dans les cavernes de la terre ; roi du déluge et des pluies du printemps ; vous qui ouvrez les sources des fleuves et des fontaines ; vous qui commandez à l’humidité, qui est comme le sang de la terre, de devenir la sève des plantes, nous vous adorons et nous vous invoquons. Nous vos mobiles et changeantes créatures, parlez-nous dans les grandes commotions de la mer, et nous tremblerons devant vous ; parlez-nous aussi dans le murmure des eaux limpides, et nous désirerons votre amour. Ô immensité dans laquelle vont se perdre tous les fleuves de l’être, qui renaissent toujours en vous! Ô profondeur, qui vous exhalez dans la hauteur, amenez-nous à la véritable vie par l’intelligence et par l’amour! Amenez-nous à l’immortalité par le sacrifice, afin que nous soyons trouvés dignes de vous offrir un jour Leau, le sang et les larmes, pour la rémission des erreurs. Amen.

On exorcise le feu en y jetant du sel, de l’encens, de la résine blanche, du camphre et du souffre, et en prononçant trois fois les trois noms des génies du feu :

MICHAËL, roi du soleil et de la foudre ; SAMAËL, roi des volcans, et ANAËL, prince de la lumière astrale ;

Puis en récitant l’oraison des Salamandres.

Oraison des Salamandres

Immortel, éternel, ineffable et incréé, père de toutes choses, qui est porté sur le chariot roulant sans cesse des mondes qui tournent toujours, dénominateur des immensités éthérées, où est élevé le trône de ta puissance, du haut duquel tes yeux redoutables découvrent tout, et tes belles et saintes oreilles écoutent tout, exauce tes enfants, que tu as aimés dès la naissance des siècles ; car ta dorée et grande et éternelle majesté resplendit au-dessus du monde et du ciel des étoiles ; tu es élevé sur elles, ô feu étincelant ; là, tu t’allumes et t’entretiens toi-même par ta propre splendeur, et il sort de ton essence des ruisseaux intarissables de lumière qui nourrissent ton esprit infini. Cet esprit infini nourrit toutes choses, et fait ce trésor inépuisable de substance toujours prête pour la génération qui la travaille et qui s’approprie les formes dont tu l’as imprégnée dès le principe. De cet esprit tirent aussi leur origine ces rois très saints qui sont autour de ton trône et qui composent ta cour, ô père universel ! ô unique ! ô père des bienheureux mortels et immortels.

Tu as créé en particulier des puissances qui sont merveilleusement semblables à ton éternelle pensée et à ton essence adorable ; tu les as établies supérieures aux anges, qui annoncent au monde tes volontés ;enfin tu nous as créés au troisième rang dans notre empire élémentaire. Là, notre continuel exercice est de te louer et d’adorer tes désirs ; là, nous brûlons sans cesse en aspirant à te posséder. Ô père ! ô mère ! la plus tendre des mères ! ô archétype admirable de la maternité et du pur amour ! ô fils, la fleur des fils ! ô forme de toutes les formes, âme, esprit, harmonie et nombre de toutes choses ! Amen!

On exorcise la terre par l’aspersion de l’eau, par le souffle et par le feu avec les parfums propres pour chaque jour, et l’on dit l’oraison des gnomes.

Oraison des gnomes

Roi invisible, qui avez pris la terre pour appui et qui en avez creusé les abîmes pour les remplir de votre toute-puissance ; vous dont le nom fait trembler les voûtes du monde, vous qui faites couler les sept métaux dans les veines de la pierre, monarque des sept lumières, rémunérateur des ouvriers souterrains, amenez-nous à l’air désirable et au royaume de la clarté. Nous veillons et nous travaillons sans relâche, nous cherchons et nous espérons, par les douze pierres de la cité sainte, par les talismans qui sont enfouis, par le clou d’aimant qui traverse le centre du monde. Seigneur, Seigneur, Seigneur, ayez pitié de ceux qui souffrent, élargissez nos poitrines, dégagez et élevez nos têtes, agrandissez-nous. Ô stabilité et mouvement, ô jour enveloppé de nuit, ô obscurité voilée de lumière ! ô maître, qui ne retenez jamais par-devers vous le salaire de vos travailleurs ! ô blancheur argentine ! ô splendeur dorée ! ô couronne de diamants vivants et mélodieux ! vous qui portez le ciel à votre doigt comme un bague de saphir, vous qui cachez la terre dans le royaume des pierreries la semence merveilleuse des étoiles, vivez, régnez et soyez l’éternel dispensateur des richesses dont vous nous avez fait les gardiens. Amen.

 Conjuration contre un esprit élémentaire

Lorsqu’un esprit élémentaire nous tourmente, il faut le conjurer par l’air, par l’eau, par le feu et par la terre en soufflant, en aspergeant, en brûlant des parfums, et en traçant sur la terre l’étoile de Salomon et le pentagramme sacré. Ces figures doivent être parfaitement régulière et faites soit avec les charbons du feu consacré, soit avec un roseau trempé dans diverses couleurs qu’on mélangera d’aimant pulvérisé. Puis, en tenant à la main le pentacle de Salomon, et prenant tour à tour l’épée, la baguette et la coupe, on prononcera en ces termes et à voix haute la conjuration des quatre.

Caput mortuum, imperet tibi Dominus per vivum et devotum serpentum.

Cherub, imperet tibi Dominus per Adam Jotchavah ! Aquila errans, imperet tibi Dominus per alas Tauri. Serpens, imperet tibi Dominus tetragrammaton per angelum et leonem.

Micheal, Gabriel, Raphael, Anel !

FLUAT UDOR per spiritum ELOÏM.

MANEAT TERRA per Adam IOT-CHAVAH.

FIAT FIRMAMENTUM per IAHUVEHU-ZEBAOTH.

FIAT JUDICIUM per ignem in virtue MICHAËL.

Ô tête morte, que le Seigneur te domine par le serpent vivant et fidèle.

Ô Cherub, que le seigneur te domine par Adam Jotchvah ! Ô aigle errant, que le seigneur te domine par les ailes du taureau ! Ô serpent, que le seigneur Tétragrammaton te domine par l’ange et le lion !

Michaël, Gabriel, Raphaël, Anaël !

Que la pluie s’écoule à travers l’esprit d’Éloïm.

Que la terre demeure par Adam-Iot-Chavah.

Que le firmament soit par Iahuvehu-Zebaoth.

Que le jugement advienne par le feu dans la puissance de Michaël.

Ange aux yeux morts, obéis, ou écoule-toi avec cette eau sainte.

Taureau ailé, travaille ou retourne à la terre si tu ne veux pas que je t’aiguillonne avec cette épée.

Aigle enchaîné, obéis à ce signe, ou retire-toi devant ce souffle.

Serpent mouvant, rampe à mes pieds, ou sois tourmenté par le feu sacré et évapore-toi avec les parfums que j’y brûle.

Que l’eau retourne à l’eau ; que le feu brûle ; que l’air circule ; que la terre tombe sur la terre par la vertu du pentagramme, qui est l’étoile du matin, et au nom du tétragramme qui est écrit au centre de la croix de lumière. Amen.

Le signe de croix kabbalistique doit précéder et terminer la conjuration des quatre.

Front À toi

appartiennent

Poitrine le royaume

Épaule gauche la justice

Épaule droite et la miséricorde

Dans les cycles générateurs

Tibi sunt Malchut et Geburah et Chesed per aeonas

à toi sont Malchut et Geburah et Chesed par les éons.

Pour gouverner les esprits élémentaires, il faut les vaincre dans leurs forces sans jamais se laisser affaiblir par leurs faiblesses.

Source Éliphas Lévi

Rituel de Haute Magie

4- La conjuration des quatre

2 réponses à “CONJURATION DES QUATRE

  1. HASSANA

    bjr je vie au cameroun j’etudie la spiritualite depuis plus de 3ans je suis apprentis maçon. mais mon pere m’a envoute il a paralyser ma vie…votre rituel cojuration de 4 m’a beaucoup plus. Mon probeme est que l’envoutement touche aussi le domaine d’habitation. un rituel moyen pour soumetre les sprits de 4element sous mon autorite peut bien me soulager. si paussible votre aide me soulagera beaucoup.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s